Carnets de voyage d'Oriane : Pekin

Publié le par Oriane

Voici Oriane ! Une amie qui a décidé pour sa deuxième universitaire à l'ICN Business School de faire une « césure » et de partir... Oui oui, de partir ! D'abord accompagné de son ami Yohan, puis rapidement, seule...

Et nous, l'équipe du Calame Incisif, on a décidé de publier ses carnets de voyages, qu'elle publie quotidiennement sur ce blog : http://uneautrecesureestpossible.over-blog.com/

 

Voici donc notre sélection.... Étape 6 : Pekin


SGH-bund.JPG

Arriver 

         Quelques retards d’avion (à Istanbul et Abu Dhabi) dus aux mauvaises conditions météo en Europe, mais rien de bien grave. L’aéroport d’Abu Dhabi est super grand, classe et coloré. Le carrefour des voyageurs en tous genres du Golfe, du Moyen Orient et de l’Asie ; c’est génialissime ces petites émiraties qui promènent à la laisse des chiens-robots, ces indiennes en saris colorés et ces saoudiens portant la moustache et le keffieh. Sans parler des Chinois, on y viendra ! Pékin est une assez grand ville pour que quasiment tout ce qui est nécessaire au touriste soit sous-titré en anglais, à l’aéroport, dans le métro, etc.. Donc j’arrive sans encombre à l’auberge, ultra cool, pleine de gens de partout. Je sympathise bien avec un Anglais d’origine iranienne qui est en Chine depuis 3 ans dans une école d’arts martiaux. On a squaté ensemble à l’auberge les 2 premiers jours, tant qu’à rien faire autant le faire à 2, moi complètement jatlaguée et lui sur le départ (retour en GB). Et le dernier jour une Indonésienne est arrivée dans notre dortoir, elle fait 9 mois en solo en Asie, donc forcément on avait plein de trucs à se raconter :)


SGH-conces-francaise.JPG

Planter le décor

           La ville est énooormissime, pas moyen de tout faire à pattes ici. Mais le métro couvre très bien le centre ville et le taxi n’est vraiment pas cher non plus. Il fait entre « très froid » et « très très froid », du -7° le jour à -14° la nuit. Et c’est marrant pcq dans la rue les Chinois se tiennent les oreilles (pour ne pas qu’elles gèlent ?). En parlant de Chinois, la plupart ne parlent pas franchement anglais, à part ceux qui bossent directement avec les touristes (auberges, guides..). Sinon, c’est langage international non-verbal. Au resto par exemple, heureusement qu’il y a des photos sur le menu, histoire de choisir au moins entre soupe, riz et pâtes, sinon c’est surprise. Ca n’empêche pas les « Ah merde c’est du tofu, j’croyais que c’était du poulet. » Mais la plupart du temps, d’une gentillesse ! De façon général, c’est frappant que les grandes avenues sont très occidentalisées, alors que les petites rues adjacentes, hutong, abritent des bicoques très modestes, pour ne pas dire insalubres, des micro-resto et des petits magasins de bric et de broc. Ici, contrairement à l’Europe, les pauvres vivent au centre ville.

 

Casser les mythes (ou pas)

          Oui, ils mangent du chien ! Mes hôtes de CS m’ont montré quelques restos en bas de chez nous qui servent ces plats. Ils l’ont goûté bouilli, c’est pas super selon eux. Mais sinon c’est au Sud, à Hong Kong et Macao que se font les expériences culinaires hardcore. Oui, ils font tous du vélo ! Ou du scoot. Et ils ont un truc super ingénieux, c’est les moufles en moumoutes intégrées au guidon du 2-roues. Grande idée, à exploiter en France ! Oui, ils crachent tout le temps par terre, même les femmes ! Et oui, ils parlent fort, surtout au téléphone ! Et oui, ils font du tai-chi dans les parcs le matin, et même parfois dans la rue le soir avec des sabres. Par contre, pas vu de bagarre devant les bars, je ne peux pas vous dire pour le kung-fu ! Et oui, les jeunes sont à donf jeux vidéos. Le dernier étage du centre commercial pas loin de chez nous est exclusivement dédié aux video games en tous genres, et plein de filles au taquet sur les tapis de danse, et de mecs sur des jeux de rôle, .. Mais non ils ne mangent pas que des nems. Enfin ça ne doit pas être de cette région, car ici pour le moment je n’en ai pas vu au menu. En tout cas, moi je kiffe leur riz, même au pti déj, bah oui y’a bien quelques boulangeries mais bon, le riz c’est tellement plus funky !


BEIJ-tienamen3.JPG

 

Visiter 

           Entre le jetlag et le déménagement à la coloc, un petit peu seulement. Un tour place Tien’anmen, la plus grande place au monde, avec ses 2 immenses portes, sa grande obélisque « Monument aux héros du Peuple », ses écrans plasmas qui passent de magnifiques images de la Chine, le portrait géant de Mao sur la Porte de la Paix Céleste, avec qui les touristes (chinois pour la plupart), se prennent en photo. Sans oublier le grand mémorial à Mao, mais ouvert seulement le matin, donc je repasserai, obligé ! Au Nord de la place Tien’anmen, la Cité Interdite, qui concrètement ne l’est plus depuis un bout de temps, mais la visite sera pour un autre jour aussi (à court de change, banques fermées car dimanche après-m, la louze, j’ai 2 euros en poche pour rentrer et manger en attendant demain –mais ça suffit largement, c’est ça qui est bon-!). Le soir, balade avec Emrad dans la grande rue commerçante de Wangfujin, qui a l'esprit de Noël : sapins, guirlandes, chansons, tout y est, même les Pères Noel en plastique pour prendre des photos avec ! On termine dans une petite rue où se tient un marché pour le moins surprenant. Pas de soie ni de peaux de chiens (ah oui, j’y reviendrais), mais des brochettes de larves, sauterelles, scorpions, hippocampes, cœurs de poulets et autres réjouissances. Entre super-marrant et super-horrible. Un asiat a mangé une brochette de sauterelles devant nous, c’était ouf, on a entendu croustiller sous ses dents, on était sans voix, entrain de s’étouffer de vomi et de rire en même temps. Ambiance « touriste, seras-tu courageux ? Allé allé, c’est ça la Chine. » Euh nan merci, nous on va aller au resto là.. Et c’était bon. Ah oui et les peaux de chiens, bah elles sont vendues dans la rue, en descente de lit avec souvent le dos teint façon "tigre", ou en bonnet. Ben si ça se voit que c'est du chien, y'a des peaux où y'a encore la tête !


BEIJ-palaisgong2.JPG

           Le lendemain, dans le quartier Nord de Pékin, visite des Tours de la Cloche et du Tambour, voir les photos. La Tour du Tambour (13ème siècle) abrite 25 tambours (un grand et 24 petits), qui ont été tapés pendant des siècles pour indiquer l’heure. D’en haut, une belle vue sur la ville, à perte de vue. La Tour de la Cloche, fermée pour rénovation, abrite la plus grosse cloche de Chine (!), 7 mètres et 63 tonnes, c’est FAT, j’aurai bien voulu la voir. En repartant, je croise 2 touristes chinoises qui tapent des poses chinoises sur des photos avec moi (juste comme ça, sans raison apparente), c’est trop marrant et trop mignon. Puis les lacs (gelés) pour arriver au palais du prince Gong, « un joyau de l’architecture chinoise du 18ème siècle », une quarantaine de bâtiments (plein pied) organisés autour de 3 cours centrales. Le jardin est super mignon, entre étangs gelés et collines artificielles, y’a même une réplique miniature de la Grande Muraille. Entre les mini-grottes et les minuscules passages entre les bâtiments, on imagine bien les milles intrigues, rendez-vous secrets et complots shakespeariens qui devaient se tramer là à l’époque… (Référence shakespearienne HS mais je ne connais pas de dramaturge chinois !) Ensuite, longue marche pour retrouver une station de métro, et direction le Temple des Lamas. A l’entrée, une chinoise m’accoste, me dit qu’elle est guide touristique mais là elle vient pour raison perso, donc si je me faisais passer pour « sa » touriste elle ne payerait pas l’entrée, en échange elle me fait une visite guidée express. We have a deal ! Super gentille en plus de ça, elle va mettre de l’encens et prier pour sa maman qui a des problèmes de dos. Elle a ramené des offrandes donc elle m’invite à prier avec elle, dans chacun des 5 ou 6 temples principaux du monastère. Le temple est en fait l’ancien palais d’un empereur, qui en a fait don aux moines tibétains courant 18ème. La plupart des trucs sont donc écrits en 4 langues : mandchou, chinois, tibétain et mongol. C’est ultra grand et beau, genre comme les temples bouddhistes de la télé, plus de 1000 pièces en tout, on n’en a vu que quelques unes (temples et salles d’études des lamas). Dans la dernière salle, un énorme Bouddah, inscrit au Guinness des records, 28 mètres de haut, sculpté dans un tronc de je ne sais pas quel arbre, mais ça devait pas être un bonzaï. Retour à l’auberge, backpack et taxi jusqu’à chez Kevin, Heykel et Nico.


BEIJ-palaisgong7.JPG

Changer de maison 

           Je suis en ce moment en couchsurfing dans une petite coloc de 3 mecs ultra cools, 2 Français qui ont lancé leur business en Chine, et un Américain-Jamaïcain qui est, entre autre, étudiant, bénévole avec des gamins des rues, prof d’anglais et un tas d’autres trucs. Un super accueil, très bon feeling, première soirée bien chargée avec leurs potes Suédoises, Norvégiennes & autres étudiants étrangers, dans le bar d’expat du quartier. On habite dans une espèce de « complex » où y’a que des tours d’immeubles, une densité de population assez folle. Mais c’est presque cosy, franchement les colocs de mecs m’impressionnent de plus en plus, et ultra bonne ambiance, quoi que très light aujourd’hui (réveillés par le mec qui venait installer la télé vers 15h, c’était awkward !).


BEIJ-tienamen4.JPG

Continuer 

         Je sur-like déjà Pékin, la Chine et les Chinois qui sont tellement marrants ; alors que le meilleur est à venir. J'aimerai voir encore le mausolée de Mao, la Cité interdite, la Grande muraille, le Palais d’été (pas loin de chez nous), le Temple du ciel. Et après ça, on verra !

Publié dans Reportage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article