Gaza-Strophe : la tragédie palestinienne vue de l'intèrieur

Publié le par Vescovi Thomas

 

affiche v1a4 bassres


 

Le film est brut, sans rajout ni explications. Avant de l'évoquer, revenons sur les faits :


     Le 27 décembre 2008, à 11h30, l'armée israélienne lance son opération militaire nommée Plomb Durci sur la bande de Gaza. L'objectif est de stopper les roquettes provenant des territoires palestiniens sur les villes israéliennes proches, telles que Sdérot. En réalité, l'objectif d'Israël est d'anéantir toutes formes d'activités résistantes au blocus, qu'elles soient politiques, syndicales ou associatives. Une liste de milliers de gazaouis fut établie, leur élimination étant l'objectif pour assurer une domination sur Gaza. D'une part, l'Etat israelien espère que les gazaouis vont fuir vers le désert du Sinaï, facilitant ainsi l'occupation définitive de Gaza; d'autres part, il espère crée un climat de terreur à l'égard de toutes personnes souhaitant rejoindre les rangs de la résistance. On peut alors débattre d'un certain sociocide organisé par Israël, c'est à dire une volonté de supprimer toute forme d'organisation palestinienne, voire même d'anéantir l'entité palestinienne en tant que telle.

Rappel : la bande de Gaza fait 41 km de long, entre 6 et 12 km de large, soit 360 km². 1 500 202 habitants y vivent, soit une densité de 4010 hab/km². Cette zone emmurées entre la mer à l'Ouest, Israel à l'Est et l'Egypte au Sud, est l'une des plus densément peuplée au monde.


Gaza-strip.jpg

     L'opération se termina le dimanche 18 janvier au matin. On estime le nombre de morts entre 1387 et 1417.  3354 maisons et immeubles sont en ruines et près de 11 000 furent partiellement endommagés, 280 écoles et jardins d'enfants furent détruits. L'attaque ne fut néanmoins pas un succès pour Israel. Premièrement, les bombardements massifs jusqu'au 3 janvier 2009 n'empêchèrent pas la mise en place de barrages, de résistance, à l'entrée des centres urbains. Ces-derniers ont pu stopper l'avancée des troupes terrestres israéliennes. Deuxièmement, l'union des organisations gazaouis, sa réussite dans l'apport d'eau durant les combats et en dépit du blocus, dans l'apport de soins pour les blessés, a sans aucun doute renforcé la résistance palestinienne. Ainsi, il est envisageable de voir se dessiner d'ici peu, une nouvelle opération sur la bande de Gaza.


israel_caricature_bombe---Copie.jpg

     Non ceci ne fut pas une guerre opposant le Hamas - organisation jugée terroriste par Israël, les États-Unis, et l'Union Européenne – à l'armée israélienne. Les témoignages des gazaouis, mais également d'internationaux venus sur place au lendemain du cessez-le-feu l'affirment : les palestiniens sentaient qu'une attaque allait avoir lieu, notamment par la recrudescence de drones au-dessus de leur territoire, ce sentiment entraina une union des forces résistantes dépassant les divergences diverses. On prépara la résistance pour éviter au mieux l'étouffement qu'allait suivre l'entrée des troupes israéliennes dans la bande de Gaza. Non non, je n'avance pas de faits sans preuves. Le rapport Goldstone ( Part 1 - Part 2 ), issu de l'enquête faite par le juge du même nom sur l'attaque, ne désigne pas comme force d'opposition le Hamas, mais « les militants palestiniens ».


largerichardgoldstoneunited20nationsgazawar20crimes.jpgRichard Goldstone


     Ce fameux rapport Goldstone ( Part 1 - Part 2 ) accuse Israël de crimes de guerre, voire de crimes contre l'humanité. En effet, l'armée de « la seule démocratie du Proche-Orient », usa contre des civils de bombe au phosphore blanc, de missiles à fléchettes ! Elle n'hésita pas à utiliser des civils palestiniens comme bouclier humain pour ses attaques terrestres.


phosphore_3.jpgAttaque au Phosphore blanc d'une école de l'ONU située dans la bande de Gaza.


     Le 16 octobre 2009, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies adopte une résolution condamnant l'absence de collaboration d'Israël à l'enquête. Une résolution fut déposée à l'Assemblée Générale des Nations Unies par les pays arabes et les "non-alignés" pour approuver le rapport. Il le fût avec 114 voix contre 18, et 44 abstentions. Les Etats-Unis ont voté contre, tandis que la France s'est abstenue et que la Chine a approuvé. Il est donc demandé aux deux parties incriminées de procéder à des investigations sur leur mise en cause. Les Etats-Unis, la Russie et l'Union Européenne bloquèrent l'accès du rapport au Conseil de Sécurité, car cela les auraient obligés à prendre des sanctions contre Israel.  


22531 1328073567134 1389782350 30954851 3689184 n

     Une guerre ? Pour cela il faut deux armées. L'armée israélienne dispose d'une force de frappe 1000 fois plus importante que la résistance palestinienne.

    Légitime défense ? Ceci est l'argument principal de l'État d'Israël lorsqu'il est mis en cause dans ses actes militaires. Plusieurs éléments sont à avancer. Premièrement, le protocole additionnel I de 1977 de la convention de Genève : « des attaques sont interdites si on peut s'attendre à ce qu'elles causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civil qui seraient excessifs par rapport à l'avantage militaire concret et direct attendu. » Deuxièmement, l'auto-défense est justifiée par rapport aux « terroristes » du Hamas. Qu'est-ce que le terrorisme ? Définition du Larousse : « ensemble d'actes de violence commis par une organisation pour créer un climat d'insécurité, un climat de peur, ou pour renverser un pouvoir établi. » Tout est dit. 

 

 

 

 

    Gaza-Strophe est un film réalisé par Samir Abdallah et Khéridine Mabrouk. Ils sont entrés dans Gaza le 20 janvier 2009, soit près de 48 heures après le cessez-le-feu. C'est aussi le jour de l'investiture de Barack Obama à la Maison Blanche.

Ils en rapportent des images et des témoignages tout simplement indescriptibles. Non il n'y a pas de mots, pas d'expressions, pour décrire ces actes..

Gaza-Strophe fut d'abord monté en 55 minutes pour la télévision. Il fut diffusé sur France-ô en première partie de soirée, bien que la chaine ait subi de nombreuses pressions, notamment de la part de l'ambassade israélienne, qui exigeait qu'on retire le film de la programmation. Un droit de réponse leur avait été offert, ils ont refusé. Actuellement, une version cinéma est en cours de montage, d'une durée avoisinant les 100 minutes. Le film est visionnable en intégralité sur le site internet.



 

 

     Gaza crève l'écran est un film monté par Samir Abdallah. Celui-ci est un condensé d'images filmées par des cameramans palestinien durant l'attaque. Les images sont véritablement insoutenables et risquent d'en traumatiser plus d'un. Cependant, il faut que ça se sache !


 

 


     Des projections de Gaza-Strophe sont prévues au Sénat français ainsi qu'au parlement européen. 

 

26511 1233906579644 1588581085 30524753 1514591 n

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article